Simuler la longueur focale d’un objectif photo sur Stellarium

Le logiciel Stellarium est un planétarium virtuel qui permet de visualiser le ciel et la voûte céleste d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Toutes personnes qui s’intéressent un minimum à l’astronomie connaissent très certainement ce logiciel, pour l’observation et les prévisions astronomiques, et cela va de pair avec l’astrophotographie.

Alors quand on souhaite voir à quoi ressemblera l’angle de champ de son objectif photo dans le ciel nocturne, autrement dit, à quoi ressemblera la photo du ciel avec une focale donnée, il existe une petite solution rapide : Un tout petit calcul à l’aide d’une caractéristique technique de l’objectif et du type de boitier possédé.

Normalement les appareils photos et objectifs peuvent se configurer dans le logiciel, en rentrant tout un tas d’informations précises, cependant la manipulation est longue et peut s’avérer fastidieuse pour les plus pressés et/ou flemmards. Je propose donc, une solution donnant un résultat proche de la réalité, que j’ai apprise sur la Chaine YouTube d’Arnaud Thiry.

Je détaille et explique plus précisément la manipulation pour simuler la focale. En résumé la solution est de diviser la valeur de la diagonale de l’angle de champ de la focale choisie par le coefficient multiplicateur de votre appareil photo. Le résultat donné correspond au champ de vision (FOV) sous Stellarium et qui s’exprime en degrés.

 

Voyons alors en détails comment ça marche ! Je précise que dans ce tutorial je donne des exemples avec la marque Canon, ne connaissant et n’ayant manipulé que celle là. Les possesseurs d’autres marques ne devraient cependant pas avoir trop de soucis pour suivre les explications.

 

 


*SOMMAIRE*

1.Pré-requis

A.Acquérir le planétarium

B.Coefficient multiplicateur

2.Simuler la longueur focale sous Stellarium

A.Récupérer l’Information

B.Calculer l’angle de vue sur Stellarium


 

 

01.Pré-requis

 

A.Acquérir le planétarium

Stellarium est un logiciel gratuit et libre, il est disponible sur son site internet en lien ci-dessous. Comme c’est un logiciel libre, beaucoup de choses en plus sont disponibles en téléchargement, tout comme les possibilités de créer, partager et participer au logiciel, mais cela est une autre histoire.

Télécharger Stellarium

Sélectionnez l’une des versions disponibles en fonction de votre système d’exploitation, dans le menu du haut.

 

 

 

B.Le coefficient multiplicateur

Suivant la marque de votre appareil photo et le format du capteur, le coefficient multiplicateur entre en compte et induit pour une même focale un niveau de cadrage différent sur la photo finale. Cette valeur est dû à la taille du capteur dont la principale différence réside entre le format APS-C et Plein Format, pour une majorité de photographe. Par exemple un 50mm sur Plein Format aura un cadrage plus large que cette même focale sur un APS-C. Pour simplifier, on peut dire qu’un 50mm Plein Format équivaut environ à un 80mm APS-C, même si en réalité c’est un peu plus complexe que ça. Je ne rentrerais pas dans les détails du pourquoi du comment car ce n’est pas le but de cet article, je vais me contenter de simplement donner les valeurs des coefficients pour faire soi-même ses conversions par la suite.

TYPE D'APPAREIL PHOTO
COEFFICIENT MULTIPLICATEUR

Plein Format

x1

APS-C Canon

x1.6

APS-C Nikon

x1.5

APS-C Sony, Pentax, Fuji et autres

x1.5

Avec ces valeurs vous arriverez à connaître la focale réelle de votre objectif suivant le boitier que vous possédez, et donc, de connaître l’angle de champ que vous obtiendrez.

 

Cela dit, il est important de connaître la grande différence entre APS-C et Plein Format citée quelques lignes au dessus. Car sur un même point de vue, avec le même objectif et donc la même focale, la photo sera plus serrée sur l’APS-C, comme recadrée, alors que le Plein Format aura un champ plus large.

C’est la principale raison qui fait que l’astrophotographie se pratique souvent à l’APS-C par beaucoup de photographes, même ceux qui sont blindés d’argent et de matos. Essentiellement donc, pour son zoom artificiel supplémentaire très utile, puisqu’en astrophotographie on photographie des objets très lointains, alors même un toupiti zoom en plus, il est le bienvenu !

 

Encore une chose à savoir ou se rappeler :

Il existe des objectifs spécialement conçu pour l’APS-C et non compatible Plein Format, et des objectifs compatibles avec les deux formats. Ce point est très important pour la suite.

Le Plein Format est la base de référence donc la focale ne change pas, elle est simplement allongée pour les APS-C et cet allongement est très légèrement différent entre Nikon et Canon.

 

 

 

2.Simuler la longueur focale d’un objectif photo

 

A.Récupérer l’Information

/!\ Avant de commencer ! Il faut que vous déterminiez si votre objectif est seulement compatible APS-C ou si il est compatible PLEIN FORMAT et APS-C, je préciserais plus tard l’intérêt de cette spécificité et j’ai pris volontairement deux exemples qui montrerons bien la petite subtilité. Si vous possédez un objectif compatible Plein Format, il sera également compatible APS-C d’office.

 

Dénomination de la compatibilité de l’objectif

(en fonction de la marque, c’est marqué quelque part sur l’objectif…)

TYPE/MARQUE
CANON
NIKON/TOKINA
PENTAX
TAMRON
SIGMA

APS-C

EF-S

DX

DA

Di II

DC

PLEIN FORMAT

EF

FX

FA

Di

DG

 

————————————————–

 

Maintenant, commençons par trouver les caractéristiques techniques de son objectif photo, très certainement disponibles dans le manuel, mais comme il est plus rapide de le trouver sur internet, procédons ainsi !

Pour mon premier exemple, je commence avec une focale fixe, le 50mm 1.8 STM de Canon compatible APS-C et PLEIN FORMAT.

 

Je lance une recherche internet pour 50mm 1.8 Canon et j’arrive sur la page officiel du constructeur de l’objectif. Cela marche aussi avec les marchands en ligne, si la fiche technique est bien détaillée. Ensuite, direction les caractéristiques techniques détaillées, puis la caractéristique « Angle de champ » .

 

Notez la valeur « Diagonal » de l’angle de champ, sur l’exemple ci-dessous c’est « 46° » , en suivant l’ordre des valeurs comme marqué entre parenthèse.

 

 

Deuxième exemple avec une focale variable, le 18-55mm STM de Canon compatible seulement APS-C. On lance une recherche et encore une fois nous atterrissons sur la page constructeur, et une nouvelle fois direction les caractéristiques détaillées pour trouver l’angle de champ.

Là c’est un peu différent car nous sommes sur une focale variable de 18mm à 55mm en passant par 35mm. Les trois types d’angles de champ, horizontal, vertical et diagonal, sont séparés par des virgules, donc déjà nous démarrons aux valeurs « 74°20′ – 27°50‘ » pour une focale de 55mm et enfin se baser sur seulement la « Diagonal » . Comme c’est une focale variable de 18 à 55 mm, la plus petite focale de la plus grande sont séparées par un tiret, ce qui nous donne 74°20′ ou 74 degrés et 20 minutes, si je veux photographier à 18mm ou alors, 27°50′ soit 27 degrés et 50 minutes pour photographier à 55mm. Il suffit alors de notez la valeur en degrés et ne pas tenir compte de celle en minute, soit 27. Si j’avais voulu photographier à 18mm, j’aurais noté 74° sans tenir compte des minutes. Bref, restons sur 55mm avec une valeur de diagonal de 27° pour la suite.

 

 

B.Calculer l’angle de vue sur Stellarium

Maintenant que l’on a ses valeurs, la suite est très simple avec un petit calcul et plusieurs exemples… Il faut comme dit plus haut, diviser la valeur de la diagonale de l’angle de champ de la focale choisie par le coefficient multiplicateur de votre appareil photo.

 

Exemple N°1 : Appareil photo Canon APS-C + 50mm STM 1.8 (Objectif compatible plein format et aps-c)

Valeur : diagonale de 46° – Coefficient multiplicateur de 1.6 (Car APS-C Canon)

Calcul : 46/1.6=28.75 (arrondi à 28)

 

Exemple N°2 : Appareil photo Canon APS-C + 18-55mm STM (compatible aps-c)

Valeur : diagonale de 27° – Coefficient multiplicateur aucun (Car objectif APS-C seulement)

Calcul : 27=27… pas de calcul puisque l’objectif est seulement compatible APS-C, la valeur de la diagonal reste la même.

 

Exemple N°3 : Appareil photo Canon PLEIN FORMAT + 50mm STM 1.8 (compatible plein format et aps-c)

Valeur : diagonale de 46° – Coefficient multiplicateur de 1 (Car appareil PLEIN FORMAT)

Calcul : 46/1=46… Ici non plus il n’y a pas de calcul en PLEIN FORMAT, la valeur de la diagonale trouvée dans les caractéristiques techniques est bonne de base ! 🙂

 

Une fois que vous avez votre résultat, il vous suffit simplement d’aller dans Stellarium, de repérer la valeur FOV en bas de l’écran et de zoomer dans le ciel jusqu’à obtenir une valeur proche de celle trouvée en calcul ci-dessus.

Ici pour ce premier exemple c’est 28°, soit ce que je verrais avec un APS-C monté d’un Canon 50mm 1.8 STM.

 

Et là, pour ce deuxième exemple c’est 46°, soit ce que je verrais avec un PLEIN FORMAT monté d’un Canon 50mm 1.8 STM également. On peut clairement voir la différence sur la Grande Ourse.

Alain Écrit par :

Équipé de mon Canon 650D et de quatre p'tits objos, la photographie comme loisir... tout simplement =) ¤ Mon site internet - Mon compte Flickr - Ma page Facebook - Ma chaîne YouTube ¤ Peace !

2 Comments

  1. Avatar
    Anonyme
    20 août 2018
    Reply

    TOUT compris …KHEDUP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.